Le bon usage d’internet

image Je viens de recevoir cet email : “Cher utilisateur du Bon usage en ligne, les éditions De Boeck-Duculot ont le plaisir de vous annoncer que votre accès au Bon usage en ligne est gratuitement prolongé pour une période de 12 mois […]” En effet, lors de l’achat de la nouvelle édition du Bon usage (un de mes livres préférés, mais c’est un autre sujet), j’y ai trouvé une clé d’accès pour la version internet, plus ou moins pratique, mais “offerte” avec l’achat du livre. Je n’avais d’ailleurs pas remarqué alors que l’accès pourrait en être payant. En tout cas, ce modèle Livre-web remplace désormais celui du “CD Rom compagnon”. Remplace ? Un peu plus que cela, puisque la clé d’accès est donc sensée être renouvelable moyennant un coût. Il y a une tentative de business-model là ;-) Il se trouve que, si je consulte assez fréquemment l’ouvrage, je n’ai jamais recours au site, et donc je ne suis pas près à payer. Dixel propose la mème chose avec le livre au site. Mais le site me semble insuffisant pour valoir un renouvellement payant (Si c’était le Grand Robert, je ne dis pas…). On utilise des outils, on est à la rigueur prêt à payer pour un outil. Le problème de ces sites compagnons est qu’ils ne sont pas tout à fait des outils. Trop limités, trop cloisonnés, trop livre (je préfère alors l’original à la copie : le livre lui même). Qu’en est-il de leur fréquentation ?. Suffiront-ils à freiner le développement des wikipedia ou wiktionnaires ? À occuper le terrain ? À attirer et séduire les djeunz qui auraient peur de tourner une page mais pas de cliquer ? En tout cas : bien vu pour le renouvellement gratuit, c’était nécessaire pour ne pas tomber dans l’oubli, mais j’ai bien peur que 12 moins ne suffiront pas…