Pour mémoire (google)

imagePour mémoire, ou pour la mémoire, ce petit rattrapage documenté d’un hiver questionnant Google, débat que le référendum a fini par occulter : le débat resurgira, car quand une entreprise se donne comme objectif de “contrôler l’accès mondial à l’information”, ça ne peut pas ne pas faire question. Et elle n’est pas nouvelle cette question-là. En attendant Google se contentera de numériser la littérature globale.

Pour se sensibiliser d’abord, un film d’anticipation-sémantique remarquable, qui nous projette en 2014, le moment où le papier reviendra, comme un acte de résistance (on peut rêver) : http://oak.psych.gatech.edu/~epic/ une traduction du texte en Français existe ici : http://www.multi-blog.net/Reflexive-Blog/index.php/bilingual/permalink/epic-2014/ Des articles et positions prises, suite à la réaction de Jean-Noël Jeanneney, et de son livre “Quand Google défie l’Europe”. http://www.libe.com/page.php?Article=293691 http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3246,36-400372,0.html Notamment les textes d’Hervé Le Crosnier. http://www.vecam.org/article.php3?id_article=413 http://www.vecam.org/article.php3?id_article=431 http://www.fluctuat.net/blog/participations.php3?id_auteur=38

J’ai capturé tous les documents (y compris le flash) je les conserverai donc même si les liens sont rompus.

J’angoissais il y a quelques années à l’idée que Google devienne un réflexe, et donc un monopole sur l’information. C’est fait. Je n’avais qu’une proposition maladroite : s’efforcer de changer souvent de moteur de recherche comme on se dit de le faire pour l’eau minérale. Ce qui est peut être rassurant aujourd’hui, ce sont les nouveaux moteurs naissants, expérimentaux, qui renaissent des cendres de la première génération sacrifiée à google. (par exemple exalead : http://beta.exalead.com/search ou A9 : http://a9.com/?uistyle=1 ). Enfin, pour ceux qui veulent surveiller google de près, un site recense tout ce qui s’écrit sur lui : google blogoscoped ( http://blog.outer-court.com/ ).

Allez, un petit dernier, car en attendant de pleurer, on peut toujours jouer : http://grant.robinson.name/projects/guess-the-google/