La revanche des Comics

image[mise-à-jour du 5 avril 2010] Pari gagné :-) (l’iPad-dont-on-ne-parle-que-de-lui-partout est sorti avec une belle appli Marvel disponible dès le premier jour). À lire aussi : Johann Sfar sur les droits d’auteur et la num’.[/mise à jour]

image

Une petite hypothèse qui me trotte dans la tête depuis quelques semaines, et qui nous donnerait envie d’accélerer des projets BD que nous avons chez C&F éditions (si on pouvait). On en un peu parlé, alors je la met ici comme on prendrait un pari :

1/ toutes les tablettes liseuses d’ebooks sont en noir et blanc très lent (Kindle, le plus astucieux sur le modèle de distribution, Sony, Cybook) et ne séduisent ni les éditeurs ni les lecteurs (périphériques très limités et fermés, on ne peut même pas surfer sur internet avec, alors qu’internet est un support de lecture aujourd’hui majeur). Bref, encore raté, ça rame bien dans ce secteur depuis 2000 : cette fois-ci ils ont eu “l’encre électronique” mais ils ont quand même réussi à sagouinner le truc.

2/ l’iPhone est une petite machine polyvalente, rapide et en beau colorama. Mais trop petit pour lire.

3/ on attend, paraît-il, une tablette d’Apple, ordinateur simplifié. Mais pour quoi faire ? Apple n’a jamais sorti un appareil sans bousculer un marché. Remember AppleI et l’informatique, Macintosh et la micro personnelle, iPod et la musique, iPhone et la téléphonie…) à chaque fois (presque) le même scénario : un marché qui n’innove pas et engrange d’énormes bénéfices. Certains ont bien évoqué des usages de lecture, mais le livre, ce n’est pas assez motivant et trop le bazar pour le business de la pomme. Trop de droits, trop d’acteurs très gourmands et très fermés. Mais ça se contourne. Puisqu’ils ne prennent pas les devants, on va les prendre pour eux, et ils seront obligés de venir, après. Trop tard pour les gros bénefs.

4/ Disney (Jobs siège au CA depuis qu’il en est le plus gros actionnaire en ayant revendu Pixar 7,4 milliards en actions, malin) vient de racheter Marvel, tiens tiens. ;-) Marvel entend diversifier les usages de sa “bibliothèque”. Moi je n’y suis pas, mais je sens que ça doit chauffer les scanners depuis que le nouveau patron est là.

5/ Jobs aime surement le cinéma, mais Hollywood est impossible à contrôler. Le monde des comics, l’est plus, et il alimente en ce moment bien des scénarios de films, jeux, et blockbusters. On ne parle pas des Mangas ! Beaucoup de piratage dans le secteur, comme la musique à l’époque d’iTunes. Un marché de consommation sans modération, de boulimie.

6/ Les logiciels de lecture de BD sur ordi ou iphone ne sont pas satisfaisants, ils nient l’essence même de la planche, son rythme, en la redécoupant sans cesse. On peut même généraliser pour toutes les pages électroniques des zibooks. Lamentables interfaces essayant une grossière métaphore du livre. De gros progrès à faire donc. Il faut investir dans la R&D et les interfaces. Et qui sait faire ça ? (Curiosité)

7/ Les magazines pourraient eux aussi être intéressés par un périphérique de lecture digne de ce nom. interactif, etc. Et les publicitaires les accompagneraient (Vous avez regardé de près le nouveau format iTunesLP ?).

8/ Avec des si on mettrait les paris en bouteille :-) En tout cas, le positionnement marketing lecture + BD + presse (Apple ciblant traditionnellement des publics jeunes, il suffit de regarder l’histoire de ses publicités films ou papier – ma préférée : Middle) est à mon avis possible et on peut s’attendre à des idées nouvelles du côté de la lecture électronique dans les semaines qui viennent, et en particulier de la lecture de bandes dessinées. (Ça se réveille avec LongBox).

PS : la petite image est volée dans Yum Yum book de Crumb.

[maj]La chose qui est sortie en avril 2010 : image