Ivres de papier

image À lire de près, Livres de papier, journal des réfractaires à l’ordre numérique, ramené par ma modératrice du salon du livre, où je n’ai pas même eu le temps de passer.

Des idées, des arguments, souvent bons, parfois drôles, parfois encore moins bons et moins drôles. Bref, un vrai gros bon pamphlet, en 12 pages touffues et soignées, format diplo. Très très contre l’imposition d’un ordre numérique, mais au-delà de ça contre tout ce qui bipe et clignote, bref bien luddiste. Moi ça ne me gène pas, au contraire :-)

Mon bémol : c’est apparemment la mode un peu partout de parler maintenant des dangers de l’ibook. Hum. Méfiance face à ces mouvements de foule. Comme si la matière était gage de qualité, comme si (pour fâcher un peu) un pourcentage conséquent (je ne dirai pas lequel ;-) de la production imprimée ne méritait pas le pilon avant même parution.

Bref, ici, le tour d’horizon est globalement assez juste, même s’il y manque la critique symétrique du monde (devrait-on dire de l’économie) du papier qui va de l’édition aux “libraires”, et une exploration un peu plus nuancée de la création/diffusion numérique. Alors contre l’ordre économique-numérique oui, mais en revanche, je n’aurais rien contre un peu de désordre en la matière, notant au passage que les acteurs qui veulent se goinfrer dans le numérique sont aussi ceux qui se goinfrent déjà dans le papier, réclamant d’ores et déjà leurs DRM et autres joyeusetés “au nom du droit d’auteur”. Pauvres auteurs.

Mentionnons enfin en bonus un portrait à charge (mais courageusement non signé) de Stiegler bien gratiné… aux côtés de François Bon et François Gèze. En tout cas on peut et on doit se procurer ce beau journal – remonté à bloc et gratuit : pour 5 euros port compris on en reçoit… 10 exemplaires ! Par ici : Palimpseste (pour l’ordre du chèque) – Collectif livres de papier c/o Offensive, 21 ter rue Voltaire, 75011 PARIS. Voir aussi http://bellaciao.org/fr/spip.php?article83292 Réponse, pertinente, notamment sur l’anonymat du collectif.